navigation

Petite cairote 1 octobre, 2010

Posté par cyaqr dans : Petite cairote,Poésies , trackback

nomadesables.jpg

  

Au son des minarets et du pas des élites,

Une enfant morte, sur les ordures pavées,

Tend encor le bras vers un chiffon de papier

Imbibé de larmes qu’épargna le zénith.

  

Ô splendeurs de l’Egypte! ô passés millénaires !

Dans une barque solaire, le long du Nil,

Transportez cette petite au cœur du désert

Où le silence est d’or et où la pierre brille !

  

Il se pourrait déjà que son âme illumine

Tous ces rois scellés au tombeau un jour funèbre,

Tous ces soleils nouveaux destinés aux ténèbres,

Renaissant au Caire en des sourires sublimes.

 

 

 

 

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

amillou |
le buddleia de balham |
Melusine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | billetti
| le blog de la rouge
| Les quatre elements