navigation

Le cri du chacal 4 avril, 2016

Posté par cyaqr dans : Le cri du chacal,Poésies , trackback

 

ride

To my fragile butterfly, never found before…

 

Je marche droit, sans heure ni calendrier,

Suivant la ride d’un tronc de chaîne, abimé

Par la succession implacable des années

Passées ; ces cicatrices du temps figé

Se perdent au loin, lentement du cercle à la ligne

Elles transforment l’écume en écorce fine.

 

Je courbe l’échine pour implorer ton être,

Les mains jointes en prière pour que tu t’arrêtes

Quand je continuerai, que tu prennes la route

Quand je m’arrêterai, même si je redoute

Parfois que tu aies abandonné la raison

Pour te fondre en pluie battante à chaque saison…

 

Une idée plus que tout m’effraie : voir se confondre

L’éclat unique de ta beauté avec l’ombre

Perpétuelle de cette uniformité…

 

Dès lors je brandis mes espoirs pour qu’on entende

Ce chacal fou pris au piège de la tempête,

Perdu mais hurlant malgré l’impossible quête,

Jusqu’à l’horizon du monde, l’éternité

Recommencée, ta ruelle qu’ici j’arpente !

Commentaires»

pas encore de commentaires

Laisser un commentaire

amillou |
le buddleia de balham |
Melusine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | billetti
| le blog de la rouge
| Les quatre elements