navigation

Immortalitélomérase 5 mai, 2009

Posté par cyaqr dans : Immortalitélomérase,Poésies , ajouter un commentaire

Toutankhamon

 

 

 

La télomérase est une enzyme qui, lors de la réplication de l’ADN chez les eucaryotes, permet de conserver la longueur du chromosome en ajoutant une structure spécifique à chaque extrémité : le télomère (du grec τέλος, extrémité ou fin). Le niveau d’activité cellulaire de la télomérase est augmenté dans les cellules cancéreuses. C’est un des facteurs qui contribuent à la prolifération et à l’immortalisation des cellules cancéreuses.

 

 

 

Notre vie est finie,

L’angoisse elle ne l’est pas.

J’aimerais ici bas

Vous procurer un nid

Pour vous y réfugier

Les moments de viager.

Ce n’est pas un bon lit ;

L’idée n’enlève en rien

Ce funeste destin

Mais du moins éclaircie,

En un léger rayon,

Cette odieuse tension.

 

 

 

Nous constatons avec regret et sans appel

Que la pierre philosophale n’a pas,

De sa tombe emmurée, parcourue à grands pas

Les pleines terrestres pour nous rendre éternels.

 

 Nos tissus sont faits d’unités qui se divisent

En abeilles ouvrières ou en reproductrices,

Mais quelques soient les transformations qu’elles subissent,

Jamais noyaux protéiques au temps ne subsistent.

 

 (

 

« Jamais », en ce mot miroite la perfection

Des astres tournoyant au delà de la Lune ;

La Terre est abandonnée elle aux sèches dunes,

Emballée sous vide avec seuil de péremption.

)

 

 Des cellules choisissent, après mutations,

De sortir des rangs poursuivre destruction,

En ayant pris préalable précaution

D’emprunter l’immortalité sans caution.

 

 

Cette bénédiction a pourtant un prix :

Le cancer façonné immuable au début

A sa grande surprise se voit mal fichu

De tuer l’organisme au sein duquel il rit.

Ainsi ces êtres biologiques aux airs elfiques,

Voulant imiter Dieu mais n’ayant plus d’yeux,

Ont finalement été voués sans aveux

A la mort dans des circonstances fatidiques.

 

 L’idée que je voudrais partager naît ici :

L’immortalité bien qu’attirante est un leurre

Pour qui veut y voir naïvement le bonheur

Dans ce regard immuable mais tout pourri.

 

 Considérant sans être vraiment rassuré

Sur l’immortalité un masque mortuaire,

Et en sachant tout le mal que l’Homme peut faire,

Il vaut mieux que l’absolu nous soit confisqué.

 

 

 

 

amillou |
le buddleia de balham |
Melusine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | billetti
| le blog de la rouge
| Les quatre elements