navigation

Ton parfum 3 janvier, 2010

Posté par cyaqr dans : Poésies,Ton parfum , ajouter un commentaire

parfum.jpg

 

« A toi, ange du dernier soir et du matin premier. »

 

En un coup de pied ferme j’envoie cliqueter

Une fiole de parfum sur le pavé ;

Une ultime larme s’en échappe et inonde

La rue d’une odeur passée renaissant au monde.

 

Un vent soudain ramène en moi ton souvenir,

Rabattant comme des volets mes vieux rides,

Laissant s’engouffrer dans ma mémoire bien vide

L’écho de tes baisers sur mes lèvres martyres.

 

Clochard habitant au fond des rues de personne,

Je ne mendiais plus ; je laissais le néant

M’emporter sur son char en bois, clopin-clopant,

Jusqu’aux seuils abruptes de mes cieux d’ivrogne !

 

Pourquoi m’avoir ramassé ?

J’ai oublié ton nom !

J’ai oublié ton visage…

 

Mais j’arbore là ton effluence sans peine,

Elle frissonne encore, courbant les champs de blé ;

Couleur première au sortir d’un hiver grisé

Où tu as su m’extirper d’une mort certaine.

 

Les senteurs se perdent autour de moi sans merci !

Je voudrais me chauffer à nouveau dans tes bras

Pour ma femme, mes enfants, l’ardeur que tu as

Insufflé aux confins de toute vie. Merci.

 

 

 

 

amillou |
le buddleia de balham |
Melusine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | billetti
| le blog de la rouge
| Les quatre elements