navigation

Le premier jour du printemps 30 mars, 2010

Posté par cyaqr dans : Le premier jour du printemps,Poésies , ajouter un commentaire

arbre.jpg

 

 » Blue skies are coming, But I know that it’s hard… « 

A Noah And the Whale, spirituellement.

 

Pourquoi les fleurs disparaissent-elles parfois

Lorsque les tous premiers rayons du beau printemps

Braquent leurs projecteurs sur les derniers frimas

Qui se défilent au loin, emportés par les vents ?

 

La maladie s’est tirée avec son butin,

« Hier elle allait bien pourtant ! Que trop bien ! »

Hier, elle te souriait, parlait de projets :

Stupides fétus de paille au néant dédiés !

 

Pourquoi est-elle partie à l’aube naissante,

Laissant un goût insipide aux soleils fleuris ?

 

Le moniteur cessa de battre sans rancœur,

Laissant s’enfuir la chaleur au creux de sa chambre ;

Toi tu frissonnes, poisseux, seul dans ton malheur,

Au milieu d’un ouragan de rage et de cendres.

 

Une lueur absurde éclaira sans manières

Son visage glacial au sortir de la nuit.

Son verre, ses médicaments, tout est par terre ;

L’espoir, les joies, sa voix ; le jour, l’envie, sa vie.

 

Pourquoi est-elle partie à l’aube naissante,

Laissant une odeur insipide aux champs fleuris ?

 

Une mèche recouvre sa paupière fine,

Tu la repousses « pour lui permettre de voir

Mieux. Mieux, elle ira bien mieux ce soir… »

Mais tes songes s’égarent bien trop vite en pluie fine.

 

Tu enseveliras sa tombe sous le lis

En te demandant à quoi bon continuer

Quand une entité survit à l’apocalypse,

Sa mémoire figée, son passé sans après.

 

Pourquoi est-elle partie à l’aube naissante,

Ne laissant au roi q’une couronne fleurie ?

 

Tu seras fatigué de lutter à ton tour

Et je te soutiendrai, bras dessus, bras dessous ;

Ensemble nous éviterons toutes les bombes,

Nous échapperons à tes pensées les plus sombres !

 

La belle aube naissante ne saurait-elle pas

T’apporter la paix et un sourire fleuri ?

 

Il se pourrait bien qu’aux sommets où la mer se brise,

Harmonieusement guidée à travers la brise,

Ta fleur fanée le premier jour du beau printemps

S’ouvre à nouveau pour toi seul aux périls du temps.

 

 

 

 

 

amillou |
le buddleia de balham |
Melusine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | billetti
| le blog de la rouge
| Les quatre elements